Beyond Two Souls

Beyond Two Souls, dernier bébé du français David Cage, est difficile à qualifier. Est-ce un jeu ? Est-ce un film ? Les deux ? Aucun ? Malheureusement, on dirait que lui-même ne le sait pas. Cela me rend la tâche quasi impossible de bien dire si le jeu vaut le détour ou non. Est-ce que j’ai apprécié mon expérience ? Pas du tout, mais cela n’est que mon opinion personnelle.

Le jeu nous met dans la peau de Jodie Holmes, une jeune femme bien unique qui communique avec un être surnaturel attaché en permanence à elle, nommé Aiden. Vous la suivez pendant 15 ans de sa vie et vivrez plusieurs épisodes marquants. À l’aide de flash-forward et de flash-backs, vous oscillez entre une Jodie adolescente rebelle, jeune fille confuse, sans-abri et super soldate pour la CIA. Le hic avec une telle formule c’est qu’on se doute bien que notre héroïne va survivre à plusieurs de ces événements; dès l’ouverture du jeu, vous êtes dans un des chapitres finaux de l’histoire. La progression entre les épisodes se fait rarement dans un ordre logique (selon moi) et cela porte souvent à confusion, surtout vers la fin quand vous n’êtes plus sûr entre quel et quel chapitre les événements vus se déroulent.

Comme dans Heavy Rain auparavant, plusieurs choix se présenteront à vous qui changeront le cours de l’histoire (ou du moins quelques aspects pas hyper clairs par moments). J’ai trouvé dommage qu’après avoir terminé le jeu, d’avoir du lire sur Internet les issus possibles puisque rien ne me permettais d’imaginer les embranchements que j’aurais pu faire différemment. Je me suis rendue jusqu’à la fin avec la certitude que le jeu était terriblement linéaire. Ce n’est pas une mauvaise idée en soi de garder les choix plus subtils, mais ceux-ci ont une incidence complètement minimale sur le cours générale des choses. Ça m’a juste donné l’impression que je n’avais pas le plein contrôle, que je ne faisais qu’exécuter ce que le jeu voulait de moi, errer de chapitre en chapitre sans but précis.

En parlant de choix et actions, plusieurs personnes avaient reprochés à Heavy Rain d’avoir des moments anodins, comme se brosser les dents ou dessiner, mais j’ai franchement eu l’impression que Quantic Dream s’est laissé emporter; les actions dites utiles sont en minorité. Nombreux (beaucoup trop selon moi) sont les moments où vous effectuez des tâches minimes comme choisir une robe, faire le ménage de l’appartement, se balancer dans la cour arrière, choisir quoi emmener dans son backpack, etc. Les gens autour de Jodie vont réagir différemment mais aucune conséquence additionnelle. Quelques trophées à débloquer vont refléter ce genre de choix mais le parcours reste sensiblement le même. On en vient à trouver le temps long ou même ne plus vouloir consacrer du temps, vers la fin du jeu.

 

À ce qui a trait à l’interface, les développeurs ont donnés un coup de nettoyage dans tout ça et ont réussi à réduire encore plus le HUD, pour le rendre le plus transparent que possible. Votre écran est dénudé d’information et les “prompts” se font à l’aide d’un simple point blanc, au dessus des objets. Il vous faut presser le joystick en direction de l’objet, lorsque vous êtes devant. Parfois, dans les moments plus mouvementés, vous devrez effectuer les commandes à l’écran (le R1, L1, Carré, etc.).

Là où Beyond Two Souls brille c’est dans sa présentation visuelle. Tout a été fait par capture de mouvement par des acteurs hollywoodiens (Ellen Page dans le rôle titulaire et Willem Dafoe, dans le rôle du docteur Dawkins). On voit et ressent bien les émotions de chacun, même dans les moments silencieux. Parfois, des mots sont bien inutiles pour exprimer la douleur ou le désespoir. Les cinématiques sont impressionnantes, bien que longues par moment. Les graphiques des personnages, des environnements sont tous à couper le souffle. On n’attendait rien de moins de la part de David Cage et son équipe.

Est-ce que ça vaut la peine d’y rejouer pour avoir une expérience différente ? Pour être bien honnête avec vous, cela va dépendre énormément de votre expérience avec le jeu lui-même. Selon mes actions et motivations, plusieurs informations ne m’ont pas été divulguées (et que d’autres joueurs ont pourtant vécus). Rater une action ou ne rien faire va forger notre Jodie à cette expérience et changer quelques éléments dans l’histoire. Le tout est tellement fait de manière subtil que je n’ai pas senti qu’un “choix particulier” (ou un embranchement) s’enclenchait. C’est possible de rejouer les chapitres à votre guise lorsque vous avez terminé. C’est plus agréable choisir certaines étapes et refaire des choix différents plutôt que de recommencer à zéro.

Après avoir lu quelques évaluations sur d’autres sites, je me rends vite compte que ma partie était probablement minable puisque je n’ai pas eu beaucoup de plaisir réel à jouer à Beyond Two Souls. Je suis resté jusqu’à la toute fin par curiosité (et aussi un peu d’espoir que tout ce que j’avais accompli aurait un quelconque dénouement) et malheureusement, dans mon cas, la fin fut insatisfaisante. Probablement causé par mon manque de succès dans certains moments ou même mon de cohésion dans certaines choses à répondre en parlant à des gens. Si vous avez aimé votre première partie peut-être serez-vous tenté de réessayer une nouvelle voie.

Si vous me suivez depuis le début de ce texte, vous vous dites surement : “C’est donc ben confus son affaire à elle??”. Et vous auriez tout à fait raison. Au moment de mettre par écrit, je n’arrivais pas à clarifier beaucoup de propos sans donner des exemples, mais remettre les choses dans des contextes bien précis risquerait de gâcher votre expérience à vous. Sachez seulement que le jeu ne convient pas aux amateurs d’action ni aux amateurs de casse-tête. Vous allez vous poser énormément de question sur l’ordre des événements, les motivations derrière les épisodes et comment procéder. Il n’y a pas de fil conducteur entre les épisodes (ou je ne l’ai pas compris d’entrée de jeu) et chacun possède son “pacing” propre à lui, impliquant malheureusement que vous allez passer 2-3 scènes très mondaines et ensuite une sera gonflée à bloc pour aucune raison, pour ensuite retourner dans des chapitres très (trop) calmes.

Beyond Two Souls est un jeu très cérébral, qui mérite une plus grande réflexion sur les thèmes instigués après l’avoir terminé (il y a des thèmes très intéressants à analyser ou discuter). Il emprunte toutes les conventions cinématographiques possibles pour véhiculer un message différent des jeux qui sortent cette saison. Malheureusement, cela le rend confus plus souvent qu’autrement et l’histoire aurait probablement mieux été perçue si cela avait été un film et non un jeu vidéo. Que cela ne se tienne, c’est un bijou visuel et une formule narrative disjonctée qui mérite un coup d’œil, assurément. Ce n’est simplement pas le chef d’œuvre que j’aurais tant souhaité, comme Heavy Rain le fut pour moi, il y a quelques années.

Peut-être avais-je de trop hautes attentes ?

 

  • bijou visuel au plan des animations faciales, graphiques générales des environnements
  • concept inusité et thèmes profonds, parlant de vie, de mort, d’humanité, d’isolement
  • performance géniale des acteurs professionnels

 

  • les événements sont confus au point où une explication externe est nécessaire pour apprécier ; on doit sortir du jeu pour s’informer et/ou le comprendre
  • liberté des actions souvent restrictives (fausse illusion du choix) dans certaines situations
  • motivations personnelles des personnages peu abordées ni expliquées (on dirait que c’est là pour boucher les trous dans l’histoire)

 

Partagez l'article avec vos amis !
facebooktwittergoogle_plusreddittumblrfacebooktwittergoogle_plusreddittumblr
//

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Écrit par :

@halokitty008
22 October, 2013

ETG sur les Réseaux