Monument Valley

Dans un monde rempli d’objets impossibles où on imaginerait bien Oscar Reutersvärd et Roger Penrose prendre le thé, nous guidons les petits pieds de Ida, la princesse silencieuse.

On est absolument subjugué par la beauté des formes et des sons, et la simple complexité du monde qu’on découvre dans Monument Valley, le pays des formes géométriques loufoques.  Nos cellules grises sont mises au défi avec des scénarios inhabituels où l’on doit souvent marcher sur les murs, sinon carrément à l’envers. Car la perception est reine dans ce petit jeu de puzzle, d’un angle à l’autre nos mouvements sont possibles ou restreints, selon un chemin plausible, bien que réalistiquement impossible.

Malgré le petit écran du iPhone versus la panoplie d’éléments à l’écran, il est très facile de diriger les mouvements de la petite Ida. Dans son chapeau conique, elle cache une forme géométrique qu’elle cherche à ramener à sa place dans chacun des niveaux. Elle rencontrera des amis tout comme des ennemis au fil de ses aventures; ce qui me rappelle une scène particulièrement poignante où un totem fidèle la suivra jusqu’au large, en mer. Pour ce qui est des ennemis, rien de mortel, par contre les gens-corbeaux barreront souvent des routes bien faciles d’accès, ce qui nous pousse à réfléchir d’avantage pour trouver une solution.

Le début de chaque nouveau défi commence par un discret son de gong. Malgré la complexité du tableau proposé, on ne ressent pas de frustrations, mais un profond sens d’émerveillement. C’est la façon la plus relaxante de faire travailler ses méninges.

La musique du jeu est le plus beau des compléments pour celui-ci. Les sons reliés au déplacement d’un escalier, à la rotation d’un mur ou la montée d’une tour s’intègrent si bien à la musique de fond qu’on dirait que la trame sonore avait tout simplement prévue qu’on ferait une action à ce moment-là.

La beauté des images est telle qu’une option est carrément disponible dans le jeu même pour prendre des captures d’écran et les partager sur les réseaux sociaux.

Vraiment, le seul point noir à ce jeu est l’écran de chargement: il est silencieux, sombre et malheureusement souvent beaucoup trop long. Le prix, en ce moment de 3,99$ pourrait aussi en faire sursauter plusieurs pour un jeu qui ne comporte que 10 niveaux et se finit en quelques heures.


  • Magnifique univers très original
  • Musique hypnotisante

 

  • Écrans de chargements trop longs et ennuyants dû à un manque total de stimulation.

 



Partagez l'article avec vos amis !
facebooktwittergoogle_plusreddittumblrfacebooktwittergoogle_plusreddittumblr
//

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Écrit par :

@Cokamouse
06 April, 2014

ETG sur les Réseaux