Payday 2

Dallas, Hoxton, Wolf et Chains sortent de leur petite retraite dorée et ressortent leur masque pour repartir en affaire. Il y a des banques qui ont besoin d’être dévalisées.

Le jeu est raconté à travers les missions, mais il n’y a pas de fil conducteur entre celles-ci. Les développeurs n’ont pas enrobé inutilement le jeu d’une histoire. Vous êtes des criminels professionnels après tout, nul besoin de connaître vos motivations.

Selon le niveau de difficulté des missions, vous gagnez des points d’expérience. Grâce à ces derniers, votre personnage gagne des niveaux, qui vous attribuent du même coup des points d’habilités. La nouveauté bien appréciée de cette suite est le système de talents. Où vous allez placer vos points dépend de la profession que vous voulez adopter. Le Mastermind est un leader-né qui excelle dans la planification et le contrôle de foule, le Technician est un expert en explosifs et en outils, le Ghost préconise l’approche silencieuse, l’Enforcer est les bras du groupe. Plus vous avancez dans votre profession, plus les habilités vont vous être coûteuses (en points et en argent).

Une plus grande place à la personnalisation a été mise de l’avant dans Payday 2. En plus de débloquer des habilités spéciales à notre profession, vous pouvez dépenser l’argent durement gagnée pour accessoiriser  vos armes. À la fin de chaque mission réussie, un tirage au sort vous permet de gagner des accessoires d’armes, de l’argent supplémentaire ou des masques. La disponibilité des armes augmente plus vous jouez alors ça peut être pratique d’avoir débloqué des armes avec ce tirage au sort, plutôt que d’attendre qu’il le soit normalement.

Le safehouse est aussi une nouveauté dans Payday 2. Ce n’est pas un aspect révolutionnaire mais peut s’avérer pratique pour pratiquer votre tir, vos tactiques pour ouvrir des portes/coffres forts selon les outils que vous possédez. Vous voyez aussi tout l’argent accumulé dans votre carrière criminelle, de belles liasses empilées les unes sur les autres.

La sélection de missions se fait désormais à partir du Crime.net : une espèce de hub où vous voyez apparaître les différentes missions disponibles, ainsi que leur difficulté. Des points sous le nom de la job vous indiquent quel niveau de difficulté se présente à vous. Selon le degré, les forces de l’ordre contre lesquelles vous vous confrontez seront plus prestigieuses (des patrouilleurs, en allant jusqu’au SWAT). De plus, celles-ci sont désormais mieux coordonnées, et vont se faire un plaisir de ramasser tout magot que vous laissez traîner.

Il n’y a malheureusement qu’un total de 6 missions, pour le moment. Mais contrairement au premier opus, certaines missions vont se dérouler sur plusieurs journées (comme si c’était plusieurs volets de la job). Les missions plus longues sont plus élaborées mais aussi beaucoup plus payantes. Les jobs sont aussi un peu plus diversifiées que le vol de banque. On passe par du transport de drogue, au vol d’œuvres d’Art, vol de bijoux, et même exposer les activités douteuses d’un politicien.

Avant de débuter le tout, vous pouvez choisir ce que vous apportez, que se soit un arme plutôt qu’une autre, une veste par balle moins épaisse mais plus discrète, etc. Des actifs supplémentaires sont aussi disponibles à être achetés; cela peut aller d’une carte de sécurité dissimulée juste pour vous, un blindage supplémentaire pour la voiture d’extraction, et même de l’aide de l’intérieur. C’est un petit plus qui peut faire toute la différence dans les missions plus avancées.

Les positions des gardes de sécurité, des caméras et des coffres forts sont différentes à chaque fois que vous entamer la mission. C’est aussi possible de mieux planifier les jobs de manière discrète et inaperçue. Au tout début, il sera un peu ardu remplir les conditions pour la réussite des missions de manière efficace mais plus vous consacrez de temps, plus vous pourrez débloquer des habilités qui vont vous simplifier la tâche, et aussi, vous permettre de tester de nouvelles approches.

Sur PC, les graphiques sont bien (si on fout le tout à High, dans une bonne résolution). Le jeu ne gagnera pas de prix sur ce point mais tout est bien fait et bien texturé, sans trop en mettre non plus. Il y a quelques occasions où je me suis heurté à des murs invisibles complètement injustifiés, mais rien qui ne gâche l’expérience générale. Ne soyez pas gêné d’augmenter la luminosité (brightness) du jeu, par contre; cela aide beaucoup dans les missions plus sombres qui se déroulent le soir.

En plus de ne pas avoir la même configuration à chaque fois, c’est possible de tomber sur des missions évasions entre les jours de votre job. La « getaway car » peut rencontrer des problèmes mécaniques ou le chauffeur peut crasher celle-ci. Vous vous retrouvez alors en mode récupération et évasion. La police va tenter de vous embusquer et il vous faudra re-transporter votre magot au nouveau point de sortie, qui lui aussi change à chaque fois. Vous avez du temps pour l’atteindre, sinon la « getaway car » part sans vous. Tant pis pour vous et les sacs restants. C’est le genre de surprise qui vous garde sur le qui-vive. Ce n’est pas parce que vous êtes sortis indemne d’un vol avec 9 sacs remplis d’argent que vous allez nécessairement les garder jusqu’au jour de paye.

C’est un jeu qu’il faut jouer en groupe, honnêtement. Il n’y a rien de plus amusant que de se rassembler 4 amis ensemble et y jouer. C’est aussi possible de vous trouver d’autres joueurs en ligne. Préférez jouer seul ? Vous pouvez le faire mais à vos risques et périls. C’est malheureusement le point où le jeu devient lourd et désagréable. L’intelligence artificielle est terrible ! Le I.A. vous suit et tire sur les ennemis mais sans aucune stratégie. Vos compagnons criminels ne ramassent ni sacs, ni redémarrent les perceuses. Ils laissent même l’argent traîner par terre. Ils vont vous relever si vous tomber mais ne vont pas prendre le temps de libérer la place autour au préalable….vous laissant dont un beau gros 2 secondes de vie avant de tomber à nouveau. Merci Hoxton ! (*sarcasme*). Faire les missions avec un ou plusieurs I.A. accroît la difficulté des missions parce que vous vous retrouvez à travailler pour 2 ou 3 personnes. C’est déjà pas super évident de les faire lorsque tout le monde coopère, imaginez jouer avec 3 personnes qui court partout comme des poules sans tête.

Payday 2 est tout ce qui avait été promis par Starbreeze Studios. Des missions plus diversifiées, plus de personnalisation, plus de stratégies. C’est un bon upgrade à ce qu’était l’original. Vous risquez de jouer longtemps et souvent à ce jeu. C’est le truc à sortir dans les LAN party, disons le. Il n’y a rien qui bat 4 personnes qui se gueulent à tue-tête pour discuter stratégie. Le jeu ne comporte pas ou très peu de moments lents et celui-ci vous récompense largement plus vous y jouez. C’est plaisant de pouvoir personnaliser ses habilités spéciales selon sa profession. Ça donne vraiment l’impression d’avoir une équipe qui se complète et qui travaille ensemble (à moins d’être pris avec les I.A.).

 

  • plus grande place mise à la personnalisation et à la stratégie
  • missions diverses et élaborées qui ne laisse pas place à l’erreur
  • jeu intense mais gratifiant
  • design du son génial

 

  • I.A. complètement stupide et inefficace. À utiliser en dernier recours..ou pour se donner un challenge supplémentaire
  • les missions sont difficiles au début, puisque nous n’avons pas beaucoup d’habilités, ce qui peut décourager les joueurs à y retourner
  • on ne peut pas choisir la mission ni la difficulté de celle-ci dans Crime.net. Il faut attendre qu’elle « pop » sur le radar, ce qui peut être long parfois

 

Partagez l'article avec vos amis !
facebooktwittergoogle_plusreddittumblrfacebooktwittergoogle_plusreddittumblr
//

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Écrit par :

@halokitty008
17 August, 2013

ETG sur les Réseaux