Rogue Legacy

Rogue Legacy est un de ces jeux qui sort de nulle part et qui réussit néanmoins à nous accaparer de nombreuses heures. Ce jeu si simple dans lequel vous allez échouer des dizaines (voir des centaines) de fois, vous y trouverez une raison d’y retourner encore et encore.

Johannes, l’héritier du royaume doit trouver une cure pour sauver son roi, qui se trouve dans un grand château dans lequel on ne peut pas revenir en vie, gardé par le noyau de l’enfer. Durant son périple à travers le château,  notre valeureux soldat perd la tête et devient de plus en plus instable. Il réussit à trouver la salle dans laquelle se trouverait la cure. Au lieu de celle-ci, il y trouve le roi et la Fontaine de Jouvence. Johannes comprend, à ce moment, qu’il avait été floué et qu’il ne serait jamais l’héritier du trône. Dans un acte de folie, il tue le roi et boit de la fontaine. Des centaines d’années plus tard, nous entrons en scène. Nous sommes la recherche des trésors enfermés dans l’infernal château. L’histoire en soi n’est plus ou moins importante car dépassé cela, c’est la mécanique du jeu qui fait de ce jeu indie un incontournable.

Rogue Legacy est difficile; vous allez mourir et mourir des dizaines de fois. Lorsque vous entrez, c’est pour y mourir. Votre objectif est donc de récolter le plus d’or et d’expérience possible avant votre décès. À l’exception de cuisses de poulet trouvées aléatoirement dans le château, vous avez peu de façon de revigorer vos points de vie. Donc, que ce passe t-il quand on meurt? Vous investissez votre récolte dans l’expansion de votre château que vous allez léguer à votre enfant, qui lui, va venger votre mort et ainsi de suite. Bâtir le château augmente plusieurs aspects de vos héritiers : points de vie, attaque ou inviter des artisans, dont  un forgeron qui nous fabriquera des nouvelles armes. C’est cet aspect qui nous donne l’envie d’y retourner encore et encore. À chaque présence à la porte du château, le Charon vous bloque l’accès et vous laisse entrer à la seule condition de donner toute votre fortune restante, ce qui rend l’accumulation d’or impossible.

Le coût des armes, armures et salle de votre châteaux augmente au fur et à mesure que vous avancez dans le jeu. Il vous faudra donc rester en vie plus longtemps à chaque essai pour que la vie de votre héritier en vaille la peine. Cela vous poussera à vous concentrer à chaque fois afin de garder votre héritier en vie le plus longtemps possible. De plus, la disposition du château sera différente à chaque fois que vous y entrez; il est généré au hasard à chaque visite. Vous naviguerez dans les couloirs tortueux de celui-ci pour aller battre 4 bosses, chacun dans une aile particulière. Il faut faire bien attention de les faire dans un certain ordre puisqu’ils ont des niveaux élevés de difficulté bien à eux. En fait, les monstres de chaque aile ont un niveau médian alors vous le saurez si vous n’êtes pas supposé y être tout de suite.

Ce qui nous amène à l’autre aspect unique de Rogue Legacy : chaque héritier que vous aurez possèdera des particularités uniques à lui ou elle. En premier lieu, vous aurez à choisir entre trois héritiers (les choix sont aléatoirement générés). Vous aurez le choix entre plusieurs classes à travers le jeu; d’assassin à roi barbare, les choix sont variés et devront être joués de manière différente. Ensuite, votre héritier aura un bagage génétique. C’est ça qui rend le gameplay intéressant à chaque vie. Que se soit le Vertigo (où votre écran est inversé), la myopie (qui permet de seulement voir ce qui est près), le daltonisme (tout est en noir et blanc), la démence (où l’on imagine des monstres qui n’existent pas), l’Alzheimer (qui nous empêche d’accéder à la map), la dyslexie (qui mélange plein de lettres dans les textes affichés), et même le syndrome de Tourette (où notre personnage dit plein de grossièretés en tiques nerveux), tout offre quelque chose de spécial. Il y a bien sûr des traits qui n’ont aucune influence sur le gameplay, mais qui sont souvent drôles (comme les malaises gastriques chroniques).

Rogue Legacy a des allures d’un jeu de Super Nintendo. Il est clair que malgré l’originalité que la compagnie Cellar Door Games a fait preuve, c’est sur cet aspect que le jeu perd le plus de points. Les graphiques sont de base mais iles développeurs ont tout de même réussis à lui donner un style. En plus de quelques bogues durant le jeu, la variété des monstres laisse à désirer. Il y a une douzaine de monstres et selon leurs niveaux, ils auront des attaques et seront de couleurs différentes. Il a fallu 122 héritiers afin que je vienne à bout de ce damné château. Cela ma pris un bon nombre d’heures et je suis pourtant dans la moyenne. Lorsque vous terminez le jeu, vous avez un mode encore plus difficile qui se débloque.

En dépit de la lacune graphique, Rogue Legacy est un jeu difficile mais dans lequel vous faites des progrès dans l’échec, ce qui vous donne envie d’y retourner pour un tour de plus, question d’aller un peu plus loin et de rester en vie plus longtemps à chaque fois. Rogue Legacy est un incontournable jeu indie et un des meilleurs investissements que vous pouvez faire cette année.

 

  • Style de jeu qui crée une dépendance
  • Bon investissement
  • Très original
  • Les traits génétiques permettent d’avoir une nouvelle expérience à chaque héritier, ce qui rend la jouabilité moins répétitive

 

  • Manque de diversité au niveau des monstres
  • Graphiques de base
  • Histoire simple

 



Partagez l'article avec vos amis !
facebooktwittergoogle_plusreddittumblrfacebooktwittergoogle_plusreddittumblr
//

Une réponse à Rogue Legacy

  1. halokitty008

    Je dois avouer que je n’ai pas été déçue des graphiques de style 16-bit. Je trouve que c’est ce qui fait son charme en fait. Faut seulement être prêt à mourir souvent au début. Ça me manque beaucoup cet ère des plateformers du SNES

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Écrit par :

@WeistBauer
21 August, 2013

ETG sur les Réseaux