The Cave

The Cave est le dernier né de Ron Gilbert, créateur légendaire de la série Monkey Island et de Maniac Mansion. Vous incarnez 3 des 7 personnages disponibles, que vous choisissez au tout début de votre aventure. Chacun possède une habilité propre à lui, et des motivations pour explorer la dite Caverne. Vous avez le choix entre le Chevalier, le Moine, l’Aventurière, le Hillbilly, la Scientifique, les Jumeaux et l’Exploratrice du Futur.

Le jeu est narré par la Caverne elle-même. Elle raconte l’histoire des aventuriers qui s’amènent à l’intérieur. Les tribulations de chacun se découvrent à l’aide de peintures parsemées au courant de l’aventure, avec une toute simple phrase en explication. Chaque personnage cache des motifs bien obscurs…ou sont tout simplement très avares.

The Cave est un mélange de jeu de plateforme et de casse-tête. Il vous faudra vous promener à fond dans chaque zone pour découvrir les énigmes, les clés et comment accéder à la zone suivante. Certains casse-tête sont très simples et d’autres vous feront sérieusement douter de votre QI. Les fans du genre reconnaîtront la recette de ce type de jeu; une porte barrée, une clé détenue par un NPC qui vous demande une faveur pour vous la remettre, trouver l’item pour remplir la faveur, etc. Beaucoup de ces casse-têtes exigent que vous utilisiez vos 3 personnages en même temps, chacun effectuant une tâche bien spécifique. Il est facile d’alterner d’un à l’autre, à l’aide des flèches directionnelles du D-Pad (les trois personnages prennent le haut, le gauche et le droit sur votre manette; le bas est réservé pour masquer ou afficher l’interface).

Un point négatif que j’ai remarqué est la difficulté (ou plutôt l’inefficacité) des moments de « platforming ». Il arrive trop souvent que l’on croit que notre personnage peut faire le saut, pour malheureusement se rendre compte qu’il est trop tard et qu’il est mort (NDLR : on ne meurt pas, à proprement dit, mais le temps nécessaire pour /respawner » et le point de ce dernier est souvent là où on ne voudrait pas qu’il soit). Après 4-5 morts injustes, au même endroit, il est pratiquement impossible de ne pas se fâcher contre le jeu. Cela est d’autant plus énervant lorsque l’on doit effectuer des tâches qui demandent de la précision et du timing (et plus je me fâche, moins efficace je suis). À part ce point, la partie « platforming » fonctionne très bien.

La présentation générale du jeu est très colorée, un peu cartoonesque. Malgré le rendu en 3D des environnements, le jeu est un « platformer » 2D classique. Chaque environnement est très détaillé et l’atmosphère de chaque tableau est très distincte; vous parcourrez une pyramide, un carnaval ambulant, un château-fort, un temple bouddhiste, et même une île déserte. Les items interactifs sont reconnaissables par le petit pop-up textuel qui apparaît lorsque l’on croise l’objet. L’humour du jeu se reflète d’ailleurs aussi sur cet aspect : plusieurs items portent des noms loufoques.

Il n’est pas essentiel de refaire l’aventure au complet, dès la première complétion. Puisque les zones à parcourir dépendent des personnages choisis au début, il vous faudra donc faire le jeu 3 fois pour avoir « complété » le jeu. Ceci étant dit, dès la deuxième aventure, vous allez probablement vous rappeler de certains des casse-têtes, et donc compléter l’aventure plus rapidement. La première traversée m’a pris un gros 6 heures environ (ce qui est très bien, compte tenu que le jeu n’est vraiment pas cher).

C’est un jeu qui passe malheureusement inaperçu, dans une saison remplie de titres triple-A, mais j’ai eu énormément de plaisir à y passer à travers que je recommande à tout fan de jeu aventure-old-school. Vous afficherez souvent un sourire à propos de la narration ou à cause des personnages très caricaturaux (le Roi qui fait plusieurs jeux de mots sur sa fille, sans le savoir, fait partie de mes favoris). On ne voit plus assez souvent ce type de jeu, ce qui rend sa sortie rafraîchissante. Un bon 15$ investi selon moi (pour les abonnés de PSN+, c’est gratuit d’ailleurs), mais il faut aimer le genre; si vous aimez vos jeux où ça explose sans cesse, c’est peut-être pas la meilleure des options, pour tous les autres, go allez-y.

  • très drôle
  • énigmes intéressantes
  • concept classique mais mis au goût du jour

  • sauts entre plateformes souvent inefficaces, occasionnant des morts “cheap”
  • malgré le parcours différent lors de la 2e partie, le gros morceau du parcours reste le même

Partagez l'article avec vos amis !
facebooktwittergoogle_plusreddittumblrfacebooktwittergoogle_plusreddittumblr
//

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Écrit par :

@halokitty008
29 January, 2013

ETG sur les Réseaux