la Nes – page 2

Apprendre de ses erreurs

Pour redorer l’image des produits reliés aux jeux vidéo après le crash de 1983, Nintendo utilisait des matériaux de qualité. Les cassettes de NES possédaient un connecteur ZIF qui permettait à la console de lire l’information contenue. Malheureusement, le fait d’insérer la cassette à l’intérieur de la console, mettait de la pression sur les pines du connecteur et sur la chip d’authentification, ce qui modifiait leur forme légèrement. Avec l’usage répétitif, il était de plus en plus difficile de lire les casettes; la poussière s’installait et les ressorts au nickel à l’intérieur s’abimaient.

La lumière d’alimentation qui blink est un souvenir que plusieurs d’entre-nous partageons. La console était programmée pour se resetter à toutes les secondes, si celle-ci rencontrait un problème de lecture, causant ainsi la console à s’ouvrir et à s’éteindre sans arrêt. Souvenons-nous des temps passés à souffler dans la console ou à l’intérieur des cassettes pour y enlever les saletés. Certains allèrent encore plus loin et tentèrent de laver les connecteurs avec de l’alcool, causant des dommages irréparables à la console à long terme. Nintendo dû même avertir les utilisateurs de ne pas suivre cette pratique, à l’arrière des jeux. Le problème fut si important que Nintendo à lancé un kit de nettoyage, en 1989. Par souci de qualité, Nintendo autorisa des centres de réparation spécifique et de distribution de pièces pour sa console chérie; elle voulait ainsi s’assurer que les machines soient réparées efficacement selon les standards de la compagnie.

La NES qui sortie des usines vers la fin de son cycle, aussi connu sous le nom de NES-2, avait les connecteurs sur le dessus, diminuant ainsi la pression sur ceux-ci lors de l’insertion et de la lecture des jeux. Les consoles subséquentes de Nintendo, la Super Nintendo Entertainment System et la Nintendo 64, préservèrent cette idée. Nintendo retira du même coup l’usage de la chip d’authentification.

En 1988, Sega lança sa nouvelle génération de console 16-bit avec le Genesis, suivi du Turbo-Graf 16x. Nintendo, sentant la pression, pava le chemin pour le successeur au NES, qui sera appelé le Super Famicom au Japon, lancé deux ans plus tard, en 1990.

Son héritage légendaire

La console fut officiellement discontinuée en 1995, après avoir vendu pas moins de 62 millions de consoles et plus de 500 millions de copies de jeux. Avec le succès fulgurant de son successeur, son marché est venu en déclin rapidement. Les produits licenciés officiellement par Nintendo ont été remplacés par des produits non-autorisés, développés par des programmeurs enthousiastes. Les jeux de la NES sont devenus des objets prisés des collectionneurs; les marchés aux puces, ventes de garages et les magasins de jeux de seconde main (sans oublier eBay) sont devenus la seule façon de mettre la main sur certain jeux. De plus, on peut retrouver certains jeux sur la Virtual Console de la Nintendo Wii.

La popularité de la NES propulsa divers produits complémentaires comme des céréales, des dessins animés à la télé, des crayons, etc (qui ne se rappelle pas du Kraft Dinner Mario Bros?). Le magazine Nintendo Power vit le jour grâce au momentum entraîné par la console. Les limitations de la console ont amenés une mode de design dans les jeux de l’époque et est le symbole ultime du rétro. On porte fièrement son image sur nos vêtements et sur divers produits. Elle est une icône pour ma génération. Ses innovations sont reconnues aujourd’hui et elle a propulsé le nom de Nintendo sur toutes les lèvres.

La NES a aussi permet d’élever la musique 8bit de sons d’ambiance à une forme d’Art encore utilisé de nos jours. C’est aussi la console qui a vu naître des séries chéries à nos cœurs et toujours populaire à notre époque comme Super Mario Bros, The Legend of Zelda, Metroid, Castlevania, Final Fantasy, Mega Man et Dragon Quest.

Et ce n’était qu’un début…

Retour à la page 1

Partagez l'article avec vos amis !
facebooktwittergoogle_plusreddittumblrfacebooktwittergoogle_plusreddittumblr
//

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Écrit par :

@halokitty008
11 February, 2012

ETG sur les Réseaux