Majora’s Mask et le deuil : un thème qui s’illustre

C’est maintenant un fait bien connu : les 5 principales régions du monde de Termina dans The Legend of Zelda : Majora’s Mask représentent les 5 étapes du deuil. Maintenant que l’on le sait de la bouche même du créateur, arrêtons-nous quelques instants pour voir et comprendre l’étendu de ce sombre thème, qui avouons-le est une première pour un jeu de la célèbre série.

Ce n’est pas moi qui ai élaboré les théories plus bas, mais puisque c’est un thème plutôt ouvert à l’interprétation, j’ai trouvé intéressant de mettre sur papier plusieurs éléments du jeu qui pourraient expliquer le design général en lien avec le thème, mais sans que cela mis au premier plan. Ce n’est nullement dit dans le jeu lui-même.

Pour débuter, il est important d’expliquer rapidement le modèle sur lequel on se base ici. Le modèle élaboré par Elizabeth Kübler-Ross, en 1969, tourne autour du concept qu’une personne qui vit un deuil ou une perte imminente (que se soit la perte d’emploi, un divorce, l’abandon, etc.) passe à travers 5 étapes distinctes relié à cet événement : le déni, la colère, la négociation, la dépression ou l’isolement, et finalement l’acceptation.

Le premier indice illustré qui pousse à croire la part importante que ce modèle représente dans Majora’s Mask est les masques de transformation. Ces 3 masques sont des représentations de personnes décédées et  lorsque Link les porte, il prend l’apparence de ces dernières. De plus, avez-vous remarqué que lorsque Link met les masques, il y a une animation où le personnage semble clairement à l’agonie ?

Déni (Clock Town)

Clock Town est la première région de Termina rencontrée. Malgré votre forme peu enviable du départ, votre exploration inaugurale  en révèle beaucoup sur la situation présente : une immense lune menace de s’écraser sur terre lors du festival annuel, le Carnaval du Temps (Carnival of Time). La ville est divisée entre les habitants qui croient que le festival doit avoir lieu puisque rien ne va leur tomber sur la tête et une autre partie qui croit en la menace réelle.

« La première étape du deuil est le déni, un mécanisme de défense contre les mauvaises circonstances caractérisé par une incapacité à reconnaître rationnellement que quelque chose s’est passé ou se passe présentement. »

Le déni s’illustre plus précisément dans le bureau du maire où le comité organisateur du festival ri à pleins poumons du « danger » qui guette, sans vouloir reconnaître qu’avoir la lune aussi près pourrait s’avérer un danger (avez-vous vu la face de la lune ?!?!). On pourrait aussi prendre en compte le Maître escrimeur qui croit que si la lune s’approche trop près, il n’aura qu’à la couper en deux à l’aide de son épée. D’un côté, on nie la présence du danger et des répercussions possibles et de l’autre, une fantaisie se met en place pour reconnaître que quelque chose ne va pas mais mit de côté, croyant qu’on pourra s’y attarder si besoin est.

Les villageois aussi sont dans le déni et continuent de vaquer à leurs occupations normales : les charpentiers construisent le décor pour le carnaval, les marchands vendent leurs marchandises, l’auberge affiche complète. Par contre, cet état n’est que temporaire puisque dans les dernières heures du troisième jour (lorsque la fin est à nos portes), les habitants sont désormais conscients du danger et chacun vit avec les conséquences de ses actions : le Maître escrimeur se terre dans une petite pièce de son dojo et tremble de peur devant l’inévitable.

Vers la fin des 72 premières heures, Link peut enfin défier le Skull Kid et arrêter le chaos qu’il a semé. Malheureusement, dans la forme présente, il ne peut que nier la fin et sa défaite, et revenir en arrière à l’aide de l’Ocarina du temps pour recommencer à zéro.

Rage, Colère (Woodfall)

Une fois revenu au tout début, il nous est possible d’enfin sortir de Clock Town et explorer la région sud de Termina : Woodfall. Une fois sur place, c’est le branle-bas de combat puisque la princesse déku est disparu et le roi accuse un petit singe de l’horrible crime. Au lieu de mettre toutes ses énergies à la retrouver, le roi préfère jeter sa rage sur le singe, qui est innocent rappelons-le.

« La deuxième étape du deuil est la colère. Lorsque le déni n’est plus possible, il est remplacé par sentiments de désespoir et de jalousie mal dirigés. »

La région de Woodfall et le temple qui s’y trouve est une métaphore sur les effets que la rage peut avoir sur l’esprit. Lorsque Link arrive enfin au marais où le temple se trouve, on constate que ce dernier est caché sous les eaux empoisonnées et recouvert de brume. À ce moment-ci, on pourrait comparer la région à notre état d’esprit lors d’un deuil : après avoir prit conscience du nouveau statut, notre esprit est confus, voir embrumé, et nos décisions ne sont pas rationnelles mais poussées par l’émotion. Le “boss” du temple, Odolwa, démontre en quelque sorte cette idée : ses attaques sont parfois posées et précises et après lui avoir fait du dommage, il entre dans une rage folle incontrôlable.

Négociation (Snowhead)

Le regard tourné vers le nord, Link se rend sur les pentes enneigées de Snowhead où vit une colonie de Gorons qui viennent tout juste de perdre leur patriarche Darmani. Après exploration sommaire de l’endroit, on rencontre le fantôme de ce dernier, qui nous supplie de lui rendre la vie. Darmani accepte son sort mais ne peut être en paix puisqu’il n’a pas terminé ce qu’il devait accomplir dans la vie et tente par tous les moyens de se négocier un peu plus de temps.

« La troisième étape du deuil est la négociation, caractérisée par des espoirs désespérés ou des efforts visant à retarder ou à inverser la souffrance et la perte »

Le froid qui paralyse la montagne peut être interprété d’une même manière que l’incapacité à aller de l’avant de Darmani. Le temple de Snowhead est constitué en hauteur, le « boss » Goht à son sommet. Durant la bataille, Goht, une sorte de taureau mécanique, tourne en rond à toute vitesse tête première dans une arène. Si vous ne freinez pas sa course, il continuera sans arrêt à tourner, dans une tentative futile de rattraper une réalité désormais perdue. Dans sa victoire, Link réussit à stopper le démon qui hantait la région et apporte enfin la paix au fantôme de Darmani.

Lisez la suite, en page 2 !

Partagez l'article avec vos amis !
facebooktwittergoogle_plusreddittumblrfacebooktwittergoogle_plusreddittumblr
//

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Écrit par :

@halokitty008
12 March, 2014

ETG sur les Réseaux