Majora’s Mask et le deuil : un thème qui s’illustre – suite

Dépression (Great Bay)

À l’ouest, on retrouve Great Bay et le 4e stage du deuil : la dépression. À son arrivée sur la plage, Link rencontre Mikau, un Zora mourant. Celui-ci vous apprend que les œufs de la chanteuse de son band ont été capturés et qu’il tentait de les retrouver pour aider cette dernière à retrouver la voix. La mort de Mikau ne semble pas venir aux oreilles de Lulu, puisque Link le personnifie à l’aide du masque qu’il a obtenu et donc la perte dans ce cas-ci serait liée à la disparition des œufs.

« La quatrième étape du deuil est la dépression. Avec la réalisation qu’il n’y a pas de moyen d’échapper à la fatalité, vient le désir de se déconnecter et de se replier vers soi-même. »

La dépression se démontre dans l’isolement de Lulu, qui reste à l’écart du reste du band. Certaines théories ont amenés de l’avant la possibilité que Lulu vit une dépression post-partum à la suite de la mise au monde des œufs et que le fait de chanter une note en l’honneur de chaque œuf, lors de la New Wave Bossa Nova, rétablit la connexion qu’elle avait perdue. Du fait même que le temple de Great Bay est rempli de tuyaux où il faut rétablir le flot de l’eau pour atteindre le boss en son centre. Je dois avouer que cette étape de l’analyse est un peu complexe puisque la région ne présente pas un trait très distinctif par rapport au thème et est plus ouvert à l’interprétation.

Acceptation (Ikana Valley)

La dernière étape de ce long périple se déroule dans la région est de la carte, la vallée de l’Ikana, où ne vivent que les morts. Link ne rencontre personne à personnifier à l’aide de masque; il devra donc affronter ce monde en tant que lui-même.

« La cinquième et dernière étape du deuil est l’acceptation. Après avoir traversé les autres étapes, tout ce qui reste est de s’examiner soi-même, la réalité et ainsi affronter l’avenir. »

Il obtient le pouvoir de créer des duplicata de sa forme actuelle (selon le masque qu’il porte au moment d’activer le pouvoir), des coquilles vides qui servent à différent endroits dans le temple Stone Tower Temple. Elles sont méconnaissables de l’original et expriment les étapes du deuil traversées. À l’intérieur du temple, Link doit se battre contre des Garo, qui sont décrits comme étant des « êtres vides enrobés de noirceur ». Il se bat, en quelque sorte, contre le vide que la perte a laissé dans son esprit, dans sa vie. Le maître Garo refuse d’accepter sont sort et par le fait même, se retire la vie.

——–

Mais les autres régions du jeu ? Où se placent-elles ?

Le ranch Romani passerait à travers les 5 stades au courant des 72 heures, mais c’est un peu plus subtil à remarquer. Si vous décidez de passer à travers toutes les événements du ranch, voici comment on peut retrouver les 5 étapes :

Déni

Dès la première journée, Crémia dément les propos de sa plus jeune sœur Romani sur la présence de « Eux » (They). Ce serait possiblement, selon ses dires, des êtres extra-terrestres qui kidnappent le bétail. Malgré son insistance, Crémia réfute du revers de la main le sujet. De plus, elle ne semble pas perturbée par l’omniprésence d’un gigantesque astre qui s’approche dangereusement.

Colère

La colère est surtout attribuée à leurs rivaux, les frères Gorman. Ces derniers sont frustrés que leur lait ne se vent pas aussi bien que celui du ranch Romani. Si vous aider le ranch dans leur première rencontre contre « Eux », lors de la première nuit, on vous demandera d’aider à  livraison du lait où vous devrez passer à travers le « coin de pays affreux » dû à un barrage sur la route, signe d’un désagrément envers les frères Gorman équivalent de la part de Crémia.

Négociation, Dépression et Acceptation

Ces trois étapes subséquentes se chevauchent selon le progrès effectué dans votre mission d’aider les sœurs du ranch Romani. Que vous ayez réussi ou non les étapes précédentes, lors du dernier jour, Crémia offre du Château Romani (de l’alcool on présume) à sa jeune sœur, dans l’espoir que celle-ci ne ressente pas la peur qu’une fin imminente apporte. Elle négocie, en quelque sorte, les conditions de leur décès. Elle accepte aussi leur destin grâce au fait qu’elle le vivra en compagnie de Romani, dernier membre de sa famille encore vivante et qu’elle ira rejoindre les autres dans la vie suivante.

Si vous ne réussissez pas à les sauver de « Eux » le premier soir, la jeune Romani refuse de parler à qui que se soit et s’isole du reste du monde. Lors du troisième et dernier jour, les deux sœurs s’enferment dans leur maison en attendant la fin, démontrant une part de dépression et d’acceptation entremêlés.

——–

Et Link dans tout ça ?

Un fait passé inaperçu par plusieurs nous accroche : si les duplicata crées sont des formes ou des personnes décédées, pourquoi voyons-nous Link ainsi représenté ? En japonais, on prononce les mots « quatre » et « mort »  de la même manière : « shi ». Le chiffre 4 serait l’équivalent du chiffre 13 dans notre culture, qui signifierait malchance.

Au tout début, on nous explique que Link et Navi ont été séparés, après son aventure héroique vécu dans Ocarina of Time. Après sa rencontre avec le Skull Kid, c’est au tour d’Epona de disparaître. Link part à sa recherche mais tombe dans un trou profond, où on ne voit pas le fond. Serait-il décédé à son tour ? Ça pourrait expliquer en partie pourquoi Termina semble être un tout autre univers. On pourrait, en quelque sorte, voir dans Majora’s Mask une quête extrêmement personnelle pour Link où celui-ci s’est créé une aventure pour accepter son décès prématuré, sa façon de « passer à travers » la réalité. Sinon, il est difficile de trouver une raison ou une explication à la coquille vide qui se matérialise lorsque nous jouons la chanson « Elegy of Emptiness» (Élégie du Vide).

Allons encore un peu plus loin : avec la confirmation des multiples chronologies possibles de la série dans le Hyrule Historia, Twilight Princess se situe dans la même lignée que Majora’s Mask. Dans TP, on rencontre un héro légendaire, qui ressemble à un Stalfos, qui aurait périt bien avant son temps. Et dans Ocarina of Time, on nous dit que les personnes qui se perdent en forêt deviennent, selon la légende, des Stalfos à leur tour. Est-ce que Link aurait péri dans la forêt lorsqu’il est revenu à son enfance après OoT ? Est-ce que le Link de MM serait ce héro ?

Lorsque le jeu est complété, on voit pour quelques secondes à peine les mots « Dawn of A New Day » (Aube d’un jour nouveau). Votre quête est terminée et vous pouvez enfin passer à autre chose. La vie continue, ainsi que l’espoir d’un jour nouveau. C’est une phrase bien simple mais après avoir joué les mêmes trois jours à répétition, cette phrase nous indique que cela n’a pas été pour rien, que la résolution en valait la chandelle. Une force guidante qui nous a empêché de sombrer dans le nihilisme et d’imaginer que rien ne vaut la peine d’être accompli puisque tout sera à recommencer.

Sombre et profond comme thème, non ?

 ——–

Que cette théorie soit vrai ou non, c’est plaisant de prendre quelques minutes et d’essayer de comprendre ce qui guide les choix de design dans nos jeux préférés. Heureusement pour le cas ci-présent, beaucoup de fans ont apportés leur petit grain de sel et nous avons aussi beaucoup de lecture pour nous acompagner. Ça aide aussi que The Legend of Zelda soit un univers riche et rempli de mystères pour alimenter les théories les plus folles ou même les plus réalistes.

Majora’s Mask a toujours été un de mes préférés de la série (malgré les donjons plutôt difficiles). Depuis la réalisation de l’ampleur que ce thème a sur le jeu et son univers, j’ai encore plus de respect sur la façon dont il a été témoigné et j’ai encore plus le goût de réexplorer Termina et d’absorber le tout.

Et on disait que les jeux ne pouvaient pas être matures…

Partagez l'article avec vos amis !
facebooktwittergoogle_plusreddittumblrfacebooktwittergoogle_plusreddittumblr
//

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Écrit par :

@halokitty008
23 March, 2014

ETG sur les Réseaux