Quel(s) type(s) de gamer êtes-vous ? – partie 3

Dans les parties précédentes, nous avons proposé deux façons de séparer les attitudes et les personnalités typiques des joueurs. Il faut bien comprendre que ce sont deux façons d’analyser les comportements des joueurs lorsqu’ils jouent, basées sur des critères complètement différents. Aujourd’hui, nous tentons une troisième approche, qui nous a été proposée par le site Gamespot, lors du temps des fêtes 2012. En suivant la logique de leurs explications, on peut mieux attribuer la liste suivante comme étant 16 conduites typiques de joueurs, tout type de jeux confondus.

Si vous avez lu la partie précédente, vous aller remarquer quelques similarités entre les personnalités et les conduites. J’ai tenté de regrouper ces conduites sous le modèle proposé par Richard Bartle mais malheureusement, beaucoup d’entre-elles chevauchent plusieurs personnalités à la fois (les personnalités n’étant pas des absolus de toute façon) ce qui rend le tout plus confus que cela ne devrait l’être.  Faisons seulement la liste de ces conduites, tel que présentées par Gamespot.com.

Le complétionniste

Les joueurs complétionnistes ne retiennent pas de satisfaction du jeu tant qu’ils n’ont pas compléter leurs objectifs personnels. Que ce soit l’exploration complète de la map du jeu, avoir 100% des trophés/achievements, trouver tous les armes légendaires, tous les summons, etc.

Le « speed-runner »

Cette conduite est typique des joueurs qui veulent seulement compléter le jeu ou un challenge particulier, le plus rapidement possible. Ils ignorent les sidequests et les cinématiques. Leur but ultime est d’avoir les délais les plus courts, servant ainsi de « bragging right » ou de trophée.

L’exterminateur

Tout doit mourir, c’est simple. Les exterminateurs apprécient habituellement les « hack and slash » et les jeux de tirs à la première personne (FPS), tel que God of War, Call of Duty et Counter-Strike, qui sont rapides et qui ne requiert pas beaucoup de travail intellectuel entre les vagues.

L’extroverti et l’introverti

Les extrovertis sont des joueurs sociaux primordialement. Ils apprécient l’interaction entre les joueurs. Ils ont besoin de compagnie pour apprécier leurs sessions de jeu. On les retrouve en grande partie dans les jeux massivement-multijoueurs (MMO)

À l’opposé, on ne retrouve pas les introvertis dans un genre particulier; ils préfèrent un jeu où ils peuvent en profiter par eux-mêmes, quel qu’il soit.

Le constructeur

Les constructeurs, comme leur nom le dit si bien, apprécient surtout les jeux de simulation. Ils aiment bâtir, créer et entretenir leur ville numérique. SimCity, Minecraft, Terraria et autres jeux du même type sont très populaires auprès de ce type de joueur.

L’analyste

Les jeux de puzzle, les « point-and-click » jeux d’aventure sont primés par les joueurs analystes. Ils dévorent tout ce qui contient des casse-tête à résoudre. Ils jouent à Portal, Quantum Conundrum, la série du Professor Layton et Scribblenauts.

Le lecteur

Un peu comme les joueurs complétionnistes, les lecteurs veulent tout savoir du monde numérique leur étant offert. Ils dévorent chaque note, chaque livre, parlent à tous les personnages non-joueurs pour profiter de chaque ligne de dialogue offerte.

Le « difficulty-snob »

Ce type de joueur choisit toujours la difficulté maximale offerte lorsqu’il débute une nouvelle partie. Les « difficulty-snob » cherchent à prouver leurs prouesses à tout prix et sont des puristes des jeux impitoyables. Ils apprécient particulièrement la série Dark Souls.

Le fantôme

Si un jeu nous offre le choix d’approcher une mission par la force ou par la tactique, les fantômes vont toujours opter pour cette dernière. Ils sont patients et restent dans l’ombre pour mieux préparer leur attaque. Ils apprécient particulièrement les séries Splinter Cell, Thief et le tout récent Dishonored.

Le ramasseur-compulsif (hoarder)

Les « hoarders » sont de type compulsif ; ils chassent toute sorte de ressources. Souvent, ils ne trouveront pas d’utilité particulière à ce qu’ils ramassent mais les conservent quand même, au cas où.

Le minimum/maximum

On pourrait les appeler les amateurs de statistiques. Ils vont analyser chacune de leurs actions par rapport au gain ou à la perte de certes stats sur leur personnage. Ils sont méticuleux dans leurs choix et ne sont pas facilement achetable par une arme au look « badass ». Les min/max vont apprécier les jeux de rôles, les MMO et probablement Borderlands (qui avouons-le, est une drogue pour ce type de joueur).

Le preux chevalier et l’ultime créateur de chaos

Le bon chevalier est le type de joueur qui choisit toujours de sauver les personnages non-joueur ou de les aider. Il tente de sauver tout le monde et veut être un agent de la vertu. Ce type de joueur joue habituellement à des jeux de rôles comme Fallout, Fable et Mass Effect.

L’ultime créateur de chaos, lui,  ne veut rien de mieux que de voir le monde brûler. Ce type de joueur choisit toujours l’option du mal ou du désordre. On le retrouve aussi dans Mass Effect et Fable, mais peut-être mieux servi par le jeu Overlord.

Créateur de personnage(s)

Comme les constructeurs, les créateurs de personnages passent la grosse partie de leur temps à customiser leur avatar. Ils vont aller ajuster chaque petite facette de leur personnage, de la hauteur de l’arcane sourcilière à la distance des lèvres au menton. Plus y il a d’option, plus heureux ils seront. Ce type de joueur se retrouve plus souvent dans les jeux de rôles comme Elder Scrolls V: Skyrim, Fallout et Mass Effect, mais aussi dans des jeux comme World of Warcraft.

L’apologiste

Les apologistes vont jouer à toutes les entrées d’une série, malgré le fait que certains épisodes peuvent laisser à désirer. Ils vont être convaincus que c’est la seule façon d’apprécier la série et il ne faut absolument pas tenter de les dissuader. On ne les retrouve pas dans un type de jeu mais en particulier mais on peut imaginer que certains apologistes ont complété tous les Devil May Cry (même l’infâme 2…)

Encore une fois ici, on ne parle pas en absolus (malgré des conduites contradictoires). Lorsque l’on fait des analyses, on prend toujours les extrêmes de chaque situation pour ensuite trouver le fil conducteur qui les différencient ou les rassemblent. Puisque ce sont des théories basées sur des principes psychologiques et de conduites souvent encadrées, il faut prendre le tout avec un grain de sel. Les jeux vidéo sont un medium génial puisqu’ils peuvent mélanger les genres et sont en constante évolution. Ces théories seront peut-être complètement désuètes avec l’arrivée de nouveaux genres, de nouvelles plateformes, de nouveau public cible, dans quelques années ou évolueront peut-être. Gardons le tout en tête comme étant un exercice ludique amusant.

Partagez l'article avec vos amis !
facebooktwittergoogle_plusreddittumblrfacebooktwittergoogle_plusreddittumblr
//

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Écrit par :

@halokitty008
23 February, 2013

ETG sur les Réseaux